ASSOCIATION
VAINCRE LE BÉGAIEMENT

Maison des Associations
1A place des Orphelins
F-67000 STRASBOURG
+33   03 88 75 12 12
avb@sdv.fr
formulaire de contact
www.vaincre-le-begaiement.fr

Réponses aux questions fréquemment posées

 

Qu'est ce que le bégaiement ?
Réponse dans la 1ère rubrique ou en cliquant sur ce lien

Qui bégaie ?
Un peu plus d'1% de la population, ce qui représente 650 000 personnes en France. 4 % des enfants bégaient, le bégaiement se développe généralement à partir de l'âge de deux ans et demi, heureusement pour les trois quarts des enfants, le bégaiement (s'il est traité judicieusement) se résorbera avant l'âge de sept ans. Ce trouble de la parole est quatre fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles.

D'où vient le bégaiement ?
Il peut y avoir des facteurs favorisants (attitude ou influence de personnes), des facteurs déclenchants (circonstance familiale, choc émotionnel, accident), une origine génétique (familiale, jumeaux), un traumatisme crânien ou un accident vasculaire cérébral.

Pourquoi ne pas appeler la personne qui bégaie, le "bègue" ?
Le bégaiement n'est pas la caractéristique principale de cette personne (même si elle-même le croit), avant tout il s'agit d'une personne. Le bégaiement n'est qu'un critère (quand elle parle) parmi beaucoup d'autres. C'est pourquoi, en accord avec la fédération européenne des associations concernant le bégaiement (ELSA) et l'association internationale, nous utilisons le terme adéquat : personne qui bégaie (person who stutter, pws, en anglais) ou la personne bègue. 

Comment "faire" avec une personne qui  bégaie, comment réagir ?
Que la personne qui bégaie admette son handicap, son bégaiement.
Que l'entourage accepte le bégaiement, use de compréhension. Mais il faut aussi que les parents ou l'entourage soient "capables" et ne ternisse pas la réussite ponctuelle, la joie de communication : « Aujourd'hui tu as bien parlé», pourrait être interprété par l'enfant ou la personne qui bégaie que les autres jours il/elle a mal parlé.
Plaisir perdu par le "beau parlé", il faut que l'intéressé retrouve le plaisir de la communication (altéré par les autres ; parle moins vite, articule, respire mieux, etc..)

La personne qui bégaie est souvent perfectionniste (ah, j'ai accroché...), alors que pour l'interlocuteur ça passe inaperçu. Dans la vie courante, d'une manière générale on souhaite choisir le mot juste, on fait des silences, on reformule, etc ... Même lorsqu'on écrit, on fait un brouillon, on réfléchit. Alors pourquoi ne pourrait-on pas se donner du temps pour réfléchir à ce que l'on veut dire et comment on veut le dire ! Et non dépenser de l'énergie à se surveiller constamment ou à se plaire à détecter les répétitions de syllabes ou hésitations chez la personne qui bégaie.
 
Peut-on guérir du bégaiement ?
La personne bègue bégaie rarement quand elle murmure, chante, quand elle imite un accent étranger, quand elle lit à haute voix ou quand elle parle en ne se sentant pas observé, quand elle produit des onomatopées, des sons spéciaux (bruits d'engins, cris d'animaux). On ne devient pas non-bègue, mais on peut parler sans bégayer. La fierté que la personne concernée en retire peut même l'amener à changer de profession et choisir un métier en rapport avec la communication : où elle veut relever des défis !

Pour en savoir plus

Notre livret explicite davantage les notions abordées dans cette rubrique. Si vous souhaitez élargir votre connaissance sur le bégaiement, que vous soyez vous-même concerné ou que vous soyez (un) proche d'une personne qui bégaie, vous pouvez commander notre livret dans la rubrique appropriée ou cliquer sur ce lien.
 
Pour ne pas conclure...

Le bégaiement est un problème complexe dont aujourd’hui encore on ne connaît pas l’origine. Mais comme le dit le Professeur Frederick P. Murray, célèbre spécialiste américain de la parole : “il vaut mieux éteindre l’incendie que de se borner à rechercher l’allumette qui a causé cet incendie”. C’est pourquoi nous informons des différents moyens d’aider concrètement les personnes qui bégaient.

Si vous attendez une solution venant de l’extérieur ou si vous pensez que votre bégaiement disparaîtra avec le temps, vous risquez fort de perdre vos illusions. C’est vous, et vous seul qui pouvez changer ce qui peut être changé.

Vous avez beau lire tout ce qui a été écrit  sur le sujet, si vous vous contentez de lire rien ne changera pour vous. Vous pouvez posséder le meilleur livre de cuisine, votre assiette restera vide.
Il n'y a pas de remède miracle, cependant il est possible de réduire de manière très importante le bégaiement. L'amélioration sera d'autant plus sensible que vous serez mieux informé et que votre apport personnel sera important.

Ainsi donc, des solutions existent, aucune situation n’est désespérée. Sachez cependant que le changement passe par l’action et c’est pourquoi nous vous invitons sincèrement à nous contacter.

Conception : ALYLA